Nico balerini et son raid

Texte de Nico balerini pour son raid 2018

RAID VTT Artois/opale 2018 Clairement, ce n’était pas un Raid pour les sous-entraînés.
Les champions diront que c’était  » roulant « .
Moi, j’avouerai que ce raid était très éprouvant, mais magnifique à terminer.

Les BAD BOY’S VTT HOUDAIN sont aussi des  » Enjoy Boys « .
Merci à eux pour cette belle journée ! Une montgolfière pour nous saluer au départ et nous accompagner sur le premier quart du circuit. Première partie collante et boueuse avec beaucoup d’instabilité dans les chemins cassants. C’est là que notre poto Cédric chute et se blesse sous l’oeil, confirmation de l’indispensable port de lunettes et constamment. On s’attend, une raideuse nous offre son plus beau sourire. Et malheureusement, elle chute un peu plus tard, se blesse au visage et souffre du poignet gauche. Elle promet tout de même d’aller au bout. Sur une partie roulante à la sortie d’un village, on assiste aussi à une chute entre beau-fils et beau-père. Et là on a eu peur pour le beau-père qui s’est claqué la tête, heureusement, casquée, contre le trottoir. Il s’est ouvert l’arcade sourcilière. On ose imaginer ce qui aurait pu advenir sans casque… Arrive le repas du midi bien appréciable, dans la cour d’une charmante ferme. On repart à quatre requinqués. Je subis un vrai coup de mou entre le 75 et le 90 bornes, et mon compteur me lâche à 75 km pour 1000 de D+ (j’ai un trop plein de données à éliminer).
Les bosses s’enchaînent après chaque ravito. Je mets malheureusement plusieurs fois pied à terre. Fifi et Laurent Drot plus en forme que nous, ont leur permission de sortie et d’accélérer. Ils doivent arriver avant 17 h, pour pourvoir réaliser la boucle supplémentaire par Le Touquet ; malheureusement pour eux, ils n’y parviendront pas à quelques minutes près. Avec Cedric Remond, on gère la distance. Cédric me lâche dans les bosses, mais atténué par sa chute, je le distance sur les portions plus techniques. Le vent nous est plutôt favorable et heureusement. Arrivés à Montreuil, nouvelles grimpettes en centre-ville et jusqu’aux remparts avant de dévaler dans la campagne. Au dernier ravito, nous retrouvons avec bonheur notre formidable accompagnateur Tristan, frère de Cédric, qui nous motive. Passé les 100 km, je retrouve une certaine fraîcheur et les vingt derniers bornes sont bien avalés, en dépit du vent contraire. On arrive à Etaples, main dans la main avec Cédric avec, je crois, 124 bornes au compteur. (124 km en 7 h 27 et 1491 de D+) Ceux qui ont fait la boucle du Touquet ont 140 km dans les mollets. Nos deux compères Laurent et Fifi sont rhabillés pour la photo souvenir. Et Tristan nous ramène en voiture. Dodo.

Merci Nico Balerini

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.